Charge mentale

On voit souvent circuler dans les médias sociaux des illustrations à propos de la charge mentale des femmes, dont une qui ressemble à celle-ci. Eh bien je l'ai reproduite à l’inverse! Histoire d’apporter un léger contrepoids au discours ambiant qui donne parfois l’impression que seules les femmes ont des problèmes et des obligations... Loin de moi l’idée de minimiser le fait que, malheureusement, la charge mentale repose encore essentiellement sur le dos des femmes. Je voulais illustrer que ça existe des hommes qui s’impliquent à la maison, et ainsi prouver qu’il est possible de faire évoluer les mentalités. 

La charge mentale, en fait, c'est d'avoir son esprit continuellement préoccupé par la gestion du quotidien. Ça va au-delà de la simple répartition des tâches: la question n’est pas seulement de savoir qui les exécutera, mais de qui aura à les planifier!

Par exemple:
Elle qui revient de sa réunion: "La vaisselle n’est pas faite et les jouets trainent partout!"
Lui : "Désolé chérie, j’y ai pas pensé."
Quand la blonde doit toujours demander, c'est signe que le chum considère que c’est ELLE la seule responsable du travail domestique. Ça a beau être lui qui se tape la tâche, reste que c’est elle qui en porte la responsabilité. Vous saisissez?

Donc, pour atteindre une certaine équité, les hommes devraient non seulement faire leur juste part (ce qui je crois commence à être acquis dans la majorité des couples), mais aussi apprendre à voir par eux-mêmes ce qu’il y a à faire! 

Par contre, si on demande à l’autre de prendre des initiatives, faudra accepter qu’il s’exécute à sa manière... Les "Germaine" devront peut-être descendre d'un cran leurs exigences : les vêtements de la petite ne seront peut-être pas « parfaitement » agencés, le ménage ne sera peut-être pas fait au « bon » moment, les serviettes ne seront peut-être pas pliées de la « bonne » façon. Tout le monde aura à s’ajuster.

Bien que je ne me considère plus vraiment féministe (je vous ai déjà expliqué pourquoi dans mon blogue ici et ici), l’égalité hommes-femmes me tient grandement à cœur. Or je ne crois pas que le problème de charge mentale ne soit qu’une question de sexe (d’ailleurs, comment ça se passe au sein des couples homosexuels?), je pense plutôt qu’il s’agit de l'individu lui-même et de son comportement envers les responsabilités. Comportement qui peut se changer!

La charge mentale fait partie des responsabilités qui peuvent et doivent se partager entre conjoints. Pour certains couples, il est peut-être trop tard, le pattern étant déjà trop bien ancré... Mais, pour les autres, sachons déléguer mesdames! Déléguons non seulement la tâche elle-même, mais la responsabilité qui vient avec. S'il a été convenu que monsieur s’occupait de laver la douche, madame ne devrait même pas avoir à y penser. C’est son « dossier » à lui.

Et pour éviter que la prochaine génération ne reproduise le même problème, apprenons à nos garçons à s'impliquer et à se sentir, eux aussi, responsables du foyer. Apprenons à nos filles à ne pas tout prendre sur leurs épaules et à choisir un conjoint qu’elles n’ont pas à materner.  

L'égalité hommes-femmes, ça commence par l'affirmation de soi et ça commence à la maison.

Alors mon illustration ci-bas vous donne un exemple inspiré de notre expérience! Une charge mentale probablement bien différente de la mienne ou de la vôtre, certes, mais tout de même présente!





 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

It's my life

La covid... pu capable!!

Covid… un an plus tard (première partie)

Lettre aux supporteurs de QS

Covid… un an plus tard (deuxième partie)

Syndicats, le bon et le moins bon

Pour du VRAI changement

Loyers

Bureaucratie